Joseph Tux
Accueil > HUMANITE > DROITS DE L’HOMME > DROITS DE L’HOMME

DROITS DE L’HOMME

Articles de cette rubrique


Windows, Le système espion (DROITS DE L’HOMME)

mardi 16 mai 2017 par Joseph Tux

J’avais déjà alerté mes lecteurs sur la décision irresponsable de confier à microsoft tous nos secrets militaires (après leur avoir confié l’éducation de nos enfants)

Voici quelques exemples démonstratifs de la version 10 de windows



Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations

HALDE (DROITS DE L’HOMME)

Notre droit et le droit international - racisme anti ROMS
mardi 24 août 2010

Réponses..



Un bon magistrat est-il un magistrat qui se tait ? (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 4 avril 2010

- Quand, dans quelque métier que ce soit, des professionnels ressentent à ce point le besoin de s’exprimer en dehors du cadre habituel, et pour critiquer leur environnement, cela montre d’abord qu’il existe un fort déficit d’expression et de débat en interne. Autrement dit, c’est l’impossibilité de faire valoir ses idées et ses préoccupations dans son environnement de travail qui pousse des individus à s’exprimer en dehors. On l’a vu, notamment, chez les gendarmes et les préfets. Naissent alors des associations, des clubs de réflexion... et des blogs pour contourner le manque cruel d’expression et de débat dans l’institution.
- C’est pourquoi, quand la hiérarchie constate que plusieurs personnes essaient de s’exprimer en dehors du milieu professionnel, sa première réaction devrait être non pas de chercher à faire taire ceux qui ont des choses à dire, mais de s’interroger sur les raisons d’être profondes d’une telle démarche et, si nécessaire, de mettre en place aussitôt que possible, en interne, des lieux où la parole peut s’exprimer librement et sur tous les sujets sans aucune restriction.
- Quand de tels lieux de débats ne sont pas mis en place, c’est parce que la crainte est forte d’y voir révélés et analysés des dysfonctionnements indiscutables. L’être humain étant ce qu’il est, la fuite est la plupart du temps préférée à l’affrontement des idées. On ne solutionne pas les difficultés, on essaie de faire en sorte qu’elles ne soient pas exprimées pour ne pas avoir à les affronter. Courage, fuyons....



Le bar de madame Michu (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 4 avril 2010


Gouvernement (DROITS DE L’HOMME)

samedi 13 février 2010

Les gouvernements sont tous, plus ou moins, des coalitions opposées au peuple...

Benjamin Franklin Bache, 1794



Sur le site du defenseur des enfants

DEFENSEUR DES DROITS DE L’ENFANT (DROITS DE L’HOMME)

lundi 7 décembre 2009


LE TEXTE

La Convention internationale des droits de l’enfant (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 11 octobre 2009
Préambule Les états parties à la présente Convention, Considérant que, conformément aux principes proclamés dans la Charte des Nations Unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l’égalité et le caractère inaliénable de leurs droits sont le (...)


Qu’est-ce que la Convention internationale des droits de l’enfant ?

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 11 octobre 2009

La « Convention de New York » a été adoptée par l’Organisation des Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle est entrée en vigueur, en France, le 2 septembre 1990.



Lien

Déclaration des droits de l’enfant - 20 novembre 1959 (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 11 octobre 2009

Afin de répondre pleinement aux besoins spécifiques de l’enfance, la communauté internationale adopte, à l’unanimité, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies du 20 novembre 1959, la Déclaration des droits de l’enfant. Le texte commence par le rappel des grands thèmes qui ont présidé à la rédaction de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration des droits de l’homme. Référence est faite ensuite à la Déclaration de Genève.



26 août 1789

La déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen (DROITS DE L’HOMME)

dimanche 10 mai 2009

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, et au bonheur de tous. En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 59169

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site HUMANITE  Suivre la vie du site DROITS DE L’HOMME   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License