Joseph Tux
Après Tchernobyl, comment manger sans risque

Contamination alimentaire

vendredi 14 octobre 2016 par Joseph Tux

 Champignons

Sur le site CHAMPIGNON PASSION vous trouverez une page particulièrement utile, avec :

La carte de la contamination après Tchernobyl

Un tableau des variétés de champignons, classées en 3 catégories, selon leur aptitude à concentrer ou non le Césium dans leur chair.

 Radioactivité

Le césium à l’état naturel Cs133 n’est pas radioactif.
Le césium radioactif est l’ un des radioéléments artificiels (Cs134 et Cs137), produit par la fission de l’uranium dans les centrales électriques nucléaires.
La période radioactive [1] du Cs137, le plus abondant, étant de 30 ans, dans 280 ans sa radioactivité sera de 1/64e de celle de son origine (accident de Tchernobyl)
Il y a 40 isotopes, dont le Cs135 qui a une période radioactive de 2.3 millions d’années

Sa présence est utilisée comme marqueur, depuis 1945, avec les explosions de bombes atomiques (en particulier les essais atmosphériques), les accidents de Tchernobyl et de Fukushima, ainsi que d’autres contaminations liées aux industries nucléaires civiles (centrales, retraitement, stockage, largages, accidents et incidents divers pas toujours connus du public)

 Métabolisme

Chez les mammifères, donc chez l’ homme, il a tendance à être stocké dans les os et dans les reins. Même en faible quantité, sa radioactivité sera donc prolongée, puisque 30 après la contamination, il restera actif à 50% de ce qu’il irradiait au moment de la contamination.

On peut donc supposer qu’il est un facteur de déclenchement de cancers des os, du rein et de la moelle osseuse (leucémies myéloïdes), ainsi que de pathologies radiques non cancéreuses.

Les études dans ce domaine sont très rares, notamment par l’exclusion du domaine de compétence de l’ OMS et peut-être d’autres institutions dans le domaine de la recherche biologique et médicale.

Compte tenue de l’impact d’autres activités humaines de l’ère industrielle (pesticides agricoles, pollutions chimiques diverses, armes chimiques (défoliants au Vietnam), les études sur les causes de cancer, (dont le nombre a doublé en 20 ans, et qui étaient très rares jusqu’au XIXe siècle, à âge égal) sont difficiles.

Elles demandent de gros moyens, une indépendance des scientifiques, condition indispensable à toute recherche.

Néanmoins, certaines études ont trouvé un lien statistique entre la distance habitat-centrale nucléaire et fréquence des leucémies de l’enfant.

Un lien ne constituant pas une preuve, mais une possibilité, il aurait fallu soutenir ces chercheurs dans la poursuite de leur recherche.

La volonté politique ne semble pas être allé dans le sens de cette recherche de connaissance...

 Conclusion

Il me semble particulièrement sage d’éviter les contaminations [2] alimentaires, dont les champignons peuvent être le vecteur.

Si vous êtes gourmand, comme moi, il serait dommage de se priver totalement de mets si appréciables.

Je salue donc ici les auteurs de cette page, particulièrement bienvenue qui permet une bonne estimation des champignons comestibles qu’il faut cependant éviter en fonction du lieu de leur développement et de leur variété.

[1Le temps qu’il faut pour que la radioactivité diminue de moitié

[2C’est à dire l’absorption de substance radioactive


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 101 / 57749

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Environnement  Suivre la vie du site RADIOACTIVITÉ   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License