Joseph Tux

La maladie bleue

vendredi 25 mai 2012

Peu après la dernière guerre mondiale, au milieu du XXe siècle, la maladie bleue a enfin été reconnue, non seulement comme rapidement mortelle, mais surtout comme curable.

La chirurgie à coeur ouvert a sauvé de nombreuses vies dans notre pays comme dans d’autres.

Aujourd’hui encore, un grand nombre de personnes n’ont pas eu la chance d’aller suffisamment à l’école pour comprendre comment ils sont faits.

Cette petite explication peu sembler un peu puérile, simpliste même, mais elle illustre quelques principes de la vie et de la nature auxquels personne ne peut échapper, même si elle en cache l’immense complexité.

 1 Un bon coeur et un bon sang sont nécessaires à la vie.

Le coeur et le sang sont nécessaires à la santé et à la vie des humains, comme de tous les mammifères.

Le sang des veines est bleu car il est chargé de gaz carbonique, toxique pour tous les tissus et tous les organes : une minorité de sang bleu suffit à tuer rapidement le corps entier.

Le sang des artères est rouge car il est chargé d’ oxygène, nécessaire à la vie.

En résumé
  1. sang bleu : toxique.
  2. sang rouge : vital.

 2 Exemple de maladie grave du coeur : <span style="color:#0000FF;">la maladie bleue</span> :

La maladie bleue est une maladie congénitale [1] ; qui se définit comme un grave anomalie du coeur.

Il s’agit d’abord d’une malformation qui mèle le sang rouge, riche en oxygène et le sang bleu chargé de gaz carbonique, toxique pour les tissus vivants.
Le bébé a le teint bleu, car son sang manque d’oxygène.

Le sang doit être oxygéné ( donc rouge ) pour apporter cet élément vital à tous les tissus de tous les organes.

Lorsque le sang bleu se confond avec le sang rouge, le corps entier meure rapidement d’anoxie, c’est à dire de manque d’oxygène, tout comme dans l’asphyxie ( manque d’oxygène par manque d’air ).

Cette malformation est un défaut du septum interventriculaire, c’est à dire la paroi qui doit séparer le ventricule gauche du ventricule droit afin que le sang bleu n’entre pas dans le système vasculaire dit « systémique » ( le réseau sanguin qui irrigue tout le corps ), mais qu’il remplisse bien sa fonction d’ élimination du gaz carbonique, déchet toxique qui donne sa couleur bleue au sang.

Ainsi le sang régénéré, rouge, porteur de la vie, revient dans le coeur gauche qui peut le redistribuer à tous les organes du corps.

Seule une chirurgie à coeur ouvert peut sauver le patient, en fermant cette ouverture anormale qui laisse abusivement le sang droit, bleu intoxiquer le sang rouge, gauche, oxygéné, et donc détruire rapidement tous les organes vitaux.

 3 Pourquoi <span style="color:#FF0000;">le bon sang</span> est-il rouge et <span style="color:#0000FF;">le mauvais sang</span> est-il bleu ?

C’est la couleur que prend l’ hémoglobine des globules rouges, en fonction du gaz transporté :

rouge, donneur d’oxygène et d’énergie, bleu saturé du déchet carbonique.
 [2]

Le coeur est donc l’organe le plus important pour répartir le sang en fonction de sa couleur afin que le corps soit en bon état : le coeur crée un flux sanguin. [3]

La fonction du sang qui réalise ce travail est sa capacité à déplacer dans son flux l’oxygène et le gaz carbonique, fixés alternativement dans l’hémoglobine des globules rouges [4]

Les globules rouges vieillissent, puis meurent, et sont remplacés en fonction des besoins du corps.

L’ EPO [5] est une hormone qui stimule la production des globules rouges, comme lors de séjours en altitude, où l’oxygène de l’air est moins abondant,ou après une hémorragie.

L’organisme a donc en permanence besoin de sang neuf.

La rate est l’organe qui recycle les globules rouges vieillis, et renvoie au foie le fer et les porphyrines extraites de la vielle hémoglobine, le foie excrète les porphyrines dans l’intestin, et le fer est recyclé, fourni au producteur de globule rouge ( la moelle osseuse ).

 5 Toute la vie répond à des règles complexes,

qui fonctionnent parce que le corps est organisé en systèmes complexes de fonctions qui sont toutes reliées ( systèmes chimiques comme les hormones, système circulatoire, système nerveux etc.. ).

C’est ce qui préserve un équilibre adaptatif grâce à des systèmes de rétrocontrôle, sans lesquels la vie ne serait pas possible.

Les systèmes de rétrocontrôle [6] sont des systèmes de contrôle ( comme des contrepoids ), des sortes de garantie contre l’ excès de zèle que chaque organe aurait, du fait de son pouvoir particulier, des « contre-pouvoirs » indispensables à la santé du corps.

 6 même le cerveau,

organe de centralisation de l’information de la synthèse, de la critique et des décisions, est lui même sans cesse soumis à des rétrocontrôles des organes périphériques, qu’il controle à son tour.

Il organise l’équilibre général, il prend des arbitrages et ne laisse à la conscience et à la volonté que ce qui est encore possible.

( par exemple : il lance tous les « corps d’armée » adaptés à la lutte contre une infection ( = une armée de microbes ), et met « en panne » tout ce qui pourrait nuire à ce combat. La perte des forces musculaires entre autre, perte d’appétit (surtout pour ce qui consomme le plus d’énergie pour être digéré comme les graisses et les viandes) sont des exemples d’économie d’énergie pour lutter contre une infection.

 Conclusion

Chaque organe, chaque tissu doit remplir son rôle pour que le corps vive.

L’exemple de la maladie bleue est une illustration parmi d’autres, mais l’une des maladies du corps les plus graves.

En outre elle est congénitale ( de naissance ) et nécessite des interventions exceptionnelles ( chirurgie à coeur ouvert ).

[1Se dit d’une particularité physique ou psychique dont l’origine est antérieure à la naissance et qui persiste ou se développe pendant la vie.
En biologie, « congénital » tend à ne plus inclure nécessairement le sens de « héréditaire »

[2comme dans la combustion, pour se chauffer il faut un combustible, bois, gaz ou charbon, et de l’oxygène ( et de la chaleur pour lancer la combustion ) ; le feu consomme l’oxygène, produit de l’énergie ( ici la chaleur ), et du gaz carbonique.
Avec le même bilan oxygène+carbone, le corps humain produit à la fois de la chaleur et de l’énergie ( mouvements des muscles, du coeur, transformations chimiques, contrôle complexe etc.. ), et du gaz carbonique.

[3une circulation du sang.

[4Qui sont donc alternativement bleus ou rouge au cours de leurs échanges.

[5Érythropoïétine

[6feed-back en anglais


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 371 / 57749

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SANTÉ !   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License